• Les subprimes, vous avez compris ?

    Le B A BA de la crise des Subprimes

     

    Chez le courtier en prêts immobiliers...

     

     

    • Bon, j'aimerais acheter une maison mais je n'ai pas d'apport personnel et je ne pense pas que j'aurais suffisamment d'argent pour rembourser un prêt chaque mois.
      Vous pouvez m'aider?
    • Pas de problème, puisque la valeur de votre maison va grimper sans cesse, donc nous n'avons plus besoin de vos paiements.
      Et nous pouvons vous proposer un taux intéressant vraiment très très bas pendant quelques années. Nous le relèverons par la suite. OK?
    • Bien sûr, pas de souci. Euh... il y a un autre truc : mon patron est un vrai naze et il pourrait refuser de confirmer que j'ai un CDI. C'est un problème ?
    • Non. Nous pouvons vous concocter une déclaration bidon et vous pourrez déterminer vous-même votre emploi et votre salaire.
    •  Vous êtes des gens formidables.
      C'est un plaisir de bosser avec vous.
    • Et bien, en fait, on ne vous prête pas vraiment d'argent. C'est une banque qui le fera. Alors on se fiche pas mal que vous puissiez rembourser ou non. On touche notre commission.
    • Super! Allons-y!

     

    Quelques semaines plus tard, à la banque

     

    Je ferais mieux de me débarrasser de ces créances immobilières pourries. Elles commencent à empuantir mon bureau. Par chance, les Gros Malins de New York vont les reprendre et les soumettre à leur magie financière! Je les appelle dès maintenant!

     

     

     

    Allons voir ce que les “Gros Malins” font...

      

    • Nous devrions nous débarrasser des ces crédits hypothécaires merdeux avant qu'ils attirent les mouches.
    • Mais qui voudrait de ces cochonneries, patron?
    • J'ai une idée! D'abord on crée de nouveaux titres négociables, et nous leur donnons pour contrepartie ces crédits immobiliers pourris. On appelle ça des CDO ou CMO. On vend les CDO à des investisseurs et on leur promet de leur verser des intérêts quand les crédits sont remboursés.
    • Je pige pas : si ces trucs sont merdiques, comment ça peut marcher ?
    • Certes, pris individuellement, ces prêts sont souvent merdiques, mais si on les attache ensemble, seuls quelques-uns se casseront la gueule, pas tous. Et puisque les prix de l'immobilier ne cessent de grimper, on a pas grand chose à craindre.
    • Je pige toujours pas.
    • Le nouveau CDO fonctionnera comme ça : on le découpera en trois morceaux, trois tranches : le "bon", le "moins bon" et le "pourri".
      Comme certains prêts immobiliers se casseront probablement la gueule, nous promettons de payer d'abord les investisseurs qui ont pris la première tranche, le "bon". Puis on paiera le "moins bon", pour terminer le "pourri".
    • Je commence à comprendre. Et puisque les investisseurs qui ont choisi le "bon" auront pris moins de risques, nous leur verserons un intérêt moins élevé qu'aux autres, n'est-ce pas? Les "moins bons" auront un taux d'intérêt meilleur et les "pourris" auront un super bon gros taux d'intérêt.
    • Exactement. Mais attendez, ce sera encore mieux : on va prendre des assurances, en glissant dans la première tranche, celle du "bon", des "options sur risque de défaut". Comme ça, les agences de notation nous donneront une super note, genre AAA. Et ils donneront sans doute un BBB aux "moins bons" ce qui reste correct. On n'a même pas besoin de leur demander de noter le "pourri".
    • Ainsi, vous vous serez débrouillé pour créer des titres AAA et BBB à partir d'un paquet de crédits immobiliers puants. Chef, vous êtes un génie!
    • Oui, je sais.
    • C'est pas tout ça, mais bon, à qui on va vendre ces trois morceaux?
    • Les connard de la SEC (gendarme de la bourse) ne nous laisseront jamais vendre cette daube à la veuve et l'orphelin, alors refourguons-la à des zinzins (investisseurs institutionnels) sophistiqués!
    • Comme  qui ?
    • Comme des compagnie d'assurances, des banques, des petites villes en Norvège, des centres éducatifs au Kansas – Tout ceux qui recherchent un investissement sûr et de qualité!
    • Mais personne ne va acheter le troisième morceau, le "pourri". Si ?
    • Bien sûr que non, les gens ne sont pas si stupides. Mais on gardera ce paquet pour nous, et on se servira un juteux taux d'intérêt!
    • C'est génial, mais puisqu'on utilise ces créances puantes comme garantie de ces nouveaux titres, on ne s'en débarrasse pas vraiment. Ne doit-on pas les faire apparaître dans notre bilan comptable ?
    • Bien sûr que non! Les gens qui ont écrit les règles comptables nous autorisent à monter des sociétés coquilles aux îles Caïmans qui porteront les créances immobilières.
      La merde passe dans leur bilan, pas dans les nôtres! Ces coquilles ont un joli nom : "special purpose vehicule" ou SVP : des véhicules d'intérêt spécial.
    • C'est super, mais pourquoi nous laisseraient-ils faire ça ?
      Ce qu'on fait, c'est cacher la poussière sous le tapis, là!
    • C'est vrai, mais nous les avons convaincus qu'il est vital pour la santé du système financier que les investisseurs ne soient pas tenus au courant du détail de ces transactions complexes et de ce qui se cache derrière.

     

    Comment cela se passe du côté comptable...

     

     

     

     

     

     

     

     

    • Monsieur, en tant qu'investisseur et citoyen responsable, je vous demande de forcer nos institutions financières à faire preuve de plus de transparence dans la présentation de leurs documents comptables.
    • Ta mère!
    • Ah zut, on n'a rien vu venir...

     

    Fond de retraite du village norvégien et les gros malins investisseurs...

     

     

     

     

    •  Hé, dites donc, qu'est-ce que vous fabriquez? Nous ne recevons plus nos versements mensuels! 

    • Oui, je voulais vous appeler. On a été débordé ici. On dirait bien que les connards qui ont contracté les prêts immobiliers qui garantissent vos CDO ne sont pas capables de rembourser.    
    • Minute! On a acheté la partie AAA, le "bon" du CDO, vous savez ? La partie béton! On doit être rémunérés les premiers!
    • Malheureusement, les prêts étaient un peu plus pourris qu'on pensait initialement. Ils rapportent très peu de cash. Franchement, je vous assure qu'on est aussi déçus que vous.
    • Mais vous m'aviez pourtant dit que les prix de l'immobilier grimpaient toujours et que vos emprunteurs n'auraient donc jamais aucun mal à rembourser leur crédit. 
    • C'était une mauvaise conjecture. On a merdé. Désolé.
    • Mauvaise conjecture mon cul gelé de norvégien! Et quoi de la notation AAA des agences de rating ?
    • Elles ont merdé elles aussi.
    • Mais ces titres étaient assurés! Pourquoi les assurances ne jouent-elles pas ?
    • Vous rigolez ? Elles sont loin d'avoir assez d'argent pour couvrir ce bordel ! Elles ont merdé.
    • Putain, génial ! Espèce de salopard, qu'est-ce que je vais dire
      à mes villageois ?
    • Dites-leur que vous avez merdé.
    • Allez vous faire foutre !
    • Vous aussi.

    FIN

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :