• J'avais 10 ans et je voulais mourir, mais...

    autisme09Celui qui n´a pas Noël dans le cœur, ne le trouvera jamais au pied d´un arbre. [Smith Roy]
    Il y a 40 ans, j´ai reçu un incroyable cadeau de Noël, qui aujourd'hui encore m´ illumine la vie! J´avais 10 ans, placée depuis des années dans des institutions, dont celle où j´étais à cet âge,  qui était pour les enfants handicapés. J´avais fait face à tellement d´abus, de rejets, de mensonges, de malhonnêteté, de violences tant verbales, psychologiques, que physiques, qu´à 10 ans, je ne souhaitais plus que… que tout s´arrête. Rien, ni personne ne m´avaient permis de vivre, ni même donné envie de continuer.
    Face à l´horreur, partir définitivement me semblait du haut de mon enfance, la seul solution. Pendant des mois, j´ai cessé complétement de parler, à quoi bon personne ne m´écoutait. Je me suis mise à voler des médicaments en pensant que, quand j´en aurais tant, je pourrais les prendre et qu´enfin je serais en paix…
    Un jour, je suis arrivée à avoir, me semblait-il assez de médicaments et me sentais prête à mourir. Ce jour, là j´ai réussi  à fausser compagnie à l´école et sereinement, je suis allée dans le dortoir. Il n´y avait jamais personne à ces heures, je savais que je serais tranquille…
    Mais… c´était sans compter avec la VIE, car au moment où j´allais sortir de leur cachette mes médicaments, j´ai entendu des pas et me suis stoppée net. Alors, est arrivée la 1ère stagiaire éducatrice qui venait travailler dans cette institution gérée par des religieuses et qui me demande ce que je fais là? Face à mon silence terrifié, elle s´est mise à genoux et me dit avec une grande tendresse:  

    • Tu sais, j´aimerais profiter que nous sommes que nous deux pour te dire combien je vois que la personne responsable de ce lieu est injuste avec toi, combien c´est difficile, combien tu souffres.
    • Je vois ta tristesse et je comprends que tu ne veuilles plus nous parler.
    • Je ne sais pas non plus ce que tu fais dans cette institution pour handicapés…
    • j´aimerais tellement faire quelque chose pour toi, mais c´est mon 1er stage, je débute et je suis démunie. Mais j´aimerais te dire combien je t´aime et que je suis là si tu as besoin de moi.

    Et elle m´a serrée avec douceur dans ses bras.  Et j´ai vécu la plus belle chose de toute ma vie jusque-là! Son amour, sa compassion, ces mots, son geste, tous donnés avec respect et avec un amour inconditionnel, ont touché mon âme, m´ont remplie, nourrie. Rendant mon univers si sombre, lumineux et porteur, un infini possible s´ouvrait alors à moi. J´ai pas osé bouger, j´ai rien osé dire, mais je me souviens d´avoir pensé : c´est donc possible !
    Oui l´amour est possible, tout ce à quoi mon cœur, mon âme et mon corps aspiraient depuis 10 ans, savaient sans le vivre jusque-là, recevait la confirmation, que c´était possible, puisque je l´avais reçu ce jour–là. Que oui, j´étais aimée au-delà de tout. Alors, j´ai laissé les médicaments, et petit à petit, j´ai été d´accord de parler. J´ai repris la vie, mais sous un angle si différent. La violence pouvait et a continué, mais maintenant j´avais en moi cet amour, qui me guidait au-delà de tout.
    Bien sûr, on ne sort pas idem d´une histoire d´enfance douloureuse, tout un travail sur moi-même et le temps, m´ont permis l´apaisement et surtout le pardon, pour vivre sereinement. Ce que je sais, c´est que depuis ce jour-là, cet amour m´a permis de cultiver la beauté dans ma vie, de croire en l´humain, m´a depuis toujours motivée dans mes relations et est la lumière qui me guide lorsque je suis dans la nuit de l´épreuve. Depuis 40 ans, ce cadeau de la compassion reçue est mon moteur pour vivre, vibre en moi et illumine aussi la vie des personnes qui me côtoient, un incroyable cadeau! 40 ans que ce cadeau, me rappelle ce que je souhaite recevoir aussi et me permet d´accepter à dire non si l´attention à l´autre n´est pas présent.
    Alors du fond du CŒUR, offrez votre compassion en cadeau, osez l´empathie. Osez, vous arrêter et donner, même petit votre geste peut faire des miracles! J´ai eu besoin de remercier cette éducatrice, des années après. J´étais adulte, elle était devenue responsable dans cette institution. Lorsque je lui partagé mon vécu d´enfant de 10 ans, elle n´en revenait pas, car elle ne gardait pas souvenir de ce vécu là en particulier, mais plus de l´ambiance à cette période. Elle ne s´était jamais doutée que ce jour-là, je voulais mourir et que son amour, m´a permis de vivre. Par contre touchée par mon partage d´adulte, et surtout de ce que j´avais pu faire de ce vécu là, elle m´a recontactée elle, des années après notre dernière rencontre. Pour me dire, que mon attitude responsable face à ma douleur et surtout celle du pardon, lui avait permis à elle cette fois de soigner ses propres blessures et elle avait entrepris alors tout un travail sur elle, elle m´a remerciée à son tour, d´avoir pu grandir! Incroyable, mais le cadeau de son amour inconditionnel pour la fillette perdue de 10 ans que j´étais, a permis que je puisse aimer et aider à mon tour, lui a permis de prendre soin d´elle aussi!

    Auteur inconnu


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :