• Conversation avec ma bouche

    Je viens de me faire arracher une dent à la mâchoire supérieure droite, cela signifie quoi?

    Une chirurgienne dentiste française, Mme Michèle Caffin, suite à plusieurs années de recherche dit que les huit dents du côté supérieur droit ont un lien avec le désir de manifester ce qu'une personne veut à l'extérieur; un problème à l'une de ces dents exprime une difficulté à trouver sa place à l'extérieur.

    Et les huit dents du côté supérieur gauche?

    Elles ont un lien avec le désir de manifester ce qu'une personne porte en elle; un problème à l'une de ces dents exprime la difficulté à réaliser son désir d'être.

    Et la mâchoire inférieure, à droite?

    Les dents situées à cet endroit ont un lien avec la concrétisation de quelque chose, tel le travail. Un problème à cet endroit exprime donc une difficulté de construire sa vie de façon concrète.

    La mâchoire inférieure, à gauche?

    Ces huit dents ont un lien avec la concrétisation de la sensibilité d'une personne, de tout ce qu'elle porte en elle; un problème à l'une de ces dents exprime un problème de non-reconnaissance affective du milieu familial.

    Le [bouche à oreille] pourrait faire passer ces informations, histoire de réfléchir sur soi?

    Revenons à toi, difficulté à trouver sa place à l'extérieur? Comment ressens-tu la question?

    Figure-toi qu'au même endroit, quand j'avais vingt-cinq ans, une dent avait poussé dans mon palais… difficulté à trouver ma place à l'extérieur? Je le ressens profondément car aujourd'hui, vingt-cinq années plus tard, je sais que j'ai une place à prendre, je sais même à peu près laquelle. La manière de le faire me pose plus de difficultés.

    Et moi, l'instrument de la parole, je suis là pour y contribuer. Quel est le problème?

    Je reste [bouche cousue]…

    Je n'aime pas cette expression. Ça doit faire mal…

    Oui, à l'intérieur c'est douloureux. Parfois je me sens comme un volcan qui va bientôt exploser.

    Pourquoi retiens-tu ce que tu as à dire?

    Ce n'est pas nouveau. Peur d'être ridicule avec des théories qui vont à l'encontre des [bien pensants]. Peur de réussir de devenir une personne connue, donc critiquée attaquée peut-être. Parfois j'ai l'impression d'avoir un jour été l'objet d'un jugement public et d'avoir fini assassinée. Peur que ça ne recommence. Heureusement, aujourd'hui, on ne brûle plus les sorcières. Il semble même qu'on commence à les aimer.

    C'est une impression, rien de réel?

    Cela m'empêche quand même de trouver ma place à l'extérieur, comme disent les dents.

    Tu as reconnu tes peurs, tu les acceptes, et visiblement tu es en train de pratiquer une façon de prendre ta place, l'écriture.

    Je ne vais pas attendre de ne plus avoir de dents tout de même…

    Dis-moi par l'expression [une bouche inutile] qu'entendent les hommes? Comment une bouche peut-elle être inutile?

    Cela veut dire qu'une personne mange, coûte mais ne rapporte rien, ne subvient pas à ses besoins par elle-même. Heureusement cette expression s'utilise de moins en moins. Tu dois préférer entendre parler de la [bouche en cœur].

    L'expression est jolie mais le comportement de quelqu'un qui minaude peut devenir agaçant.

    Tu préfères [faire la fine bouche]?

    S'il s'agit de ne pas ingurgiter n'importe quoi, je préfère, pour le bien de la personne.

    Tu parles de la compulsion, de cette envie irrésistible que j'ai parfois de manger.

    Tu ne demandes même pas à ton corps s'il a faim, tu tentes de combler un vide intérieur. Tu veux nourrir ton corps émotionnel avec de la nourriture, alors que ce corps là a besoin de confiance, d'appartenance, d'espoir, d'affection mais en tout cas pas de nourriture.

    Même si je le sais, cela ne veut pas dire que je maîtrise. Ce besoin de remplir… il serait préférable que je me pose chaque fois la question avant de manger, que je prenne une minute pour vérifier si j'ai vraiment faim de nourriture.

    Quand tu te lèves le matin et que tu prends un petit déjeuner, sans réfléchir, tu manges par habitude, c'est ton mental, ton ordinateur central qui serine les leçons apprises…

    [Déjeuner comme un roi, dîner comme un prince, souper comme un pauvre] ou [Commencer la journée par un solide petit déjeuner est sain].

    Il y en a beaucoup dans le genre. Une autre situation te pousse à manger sans le vouloir vraiment, c'est l'envie. Tu passes devant la vitrine d'un boulanger, tu vois ton sandwich au thon préféré, avec de la salade et des tomates. Tu avais pourtant déjà mangé deux heures plus tôt, tu rentres quand même et dévore le sandwich. Tu as succombé à l'envie provoquée par les yeux. La même chose se produit lorsque tu sens une bonne odeur de saucisses grillées dans une fête foraine. Tu n'as pas faim, c'est ton odorat qui te suggère de manger la saucisse grillée. Dans les deux cas, tu as œuvré à la satisfaction des sens.

    C'est quoi manger juste?

    Cela n'existe pas. Ce que je viens de te démontrer te permettra de mieux te connaître, de t'observer afin d'évoluer vers un mieux être. Ce qui est bon pour toi, ton corps le sait. Tu es assise devant ton ordinateur et tout à coup te vient une envie de fruit, c'est ton corps qui t'indique son besoin.

    Il connaît les six éléments nutritifs, l'eau, les protéines, les vitamines, les glucides, les lipides et les minéraux?

    Oui. Il te suggérera de consommer un aliment qui contient l'élément qui lui manque sur le moment, le glucose de la pomme par exemple.

    Merveilleuse machine que le corps, je me répète.

    Et pourtant, l'être humain est en train de l'empoisonner avec le sucre blanc le riz blanc la farine blanche le pain blanc la caféine le sel le tabac les graisses l'alcool.

    Que dis-tu d'un repas sur le pouce, tu vois style hamburger, mayonnaise, pain blanc, boisson sucrée? Ce que la jeunesse prise le plus?

    On disait que la cause la plus grande de mortalité, dans les pays dits civilisés, c'était la fourchette. On ne peut plus le dire puisque ça se mange avec les doigts!

    Tant de besoin de sucreries, y aurait-il un manque de douceur?

    Trouvé, le manque d'affection, de communication, d'amour même est comblé par la douceur dans la nourriture.

    Certains mangent plutôt salé, pourquoi?

    Ils pourraient avoir la critique facile.

    Et ceux qui rajoutent du poivre sur tout?

    Leur vie manquerait-elle de piquant?

    On peut utiliser la nourriture pour se connaître dans notre fort intérieur, c'est magique.

    Je dirais même que c'est divin.

    Tu es bien placée pour aborder un sujet qui te concerne tout particulièrement, c'est le baiser.

    Surprenante coutume, tous les peuples ne la pratiquent pas et certains pourraient même trouver cela inconvenant.

    Je trouve la coutume bien agréable. Un baiser d'amoureux, une telle intimité, le chemin vers la communion des corps.

    La manière de donner un baiser, de prendre un baiser ou de recevoir un baiser en dit long sur la personne, l'effleurement des lèvres, la pression plus prononcée, plus ou moins mouillée, la quasi-invasion de la place.

    Il y a aussi les baisers amicaux sur les joues, ceux qui sont un signe de respect, ou de trahison comme Judas fit à Jésus.

    Pour toute chose, il y a l'autre côté de la médaille, le défaut de la qualité.

    D'accord, mais quelle explication tu donnes pour une personne qui naît avec une [bouche de lièvre]?

    La première et importante information est de préciser que les parents ne sont pas responsables. Cette malformation de naissance est là pour apprendre l'amour inconditionnel, autant pour la personne ayant cette bouche de lièvre que pour ses proches.

    Dans ce siècle où l'accent est mis tellement plus au niveau du physique, je comprends que ce soit un coup dur pour les parents.

    Le bébé est là pour aider son entourage à voir l'être extraordinaire qui se cache derrière cette malformation. D'ailleurs lorsqu'un être naît avec un handicap que ce soit d'ordre physique ou de tout autre ordre, il est là pour permettre aux individus qui l'entourent d'apprendre à chercher plus loin que ce qui se voit au premier abord, le cœur de l'individu.

    Et que dis-tu d'une personne qui se mord l'intérieur de la bouche?

    Elle doit sérieusement se retenir de parler, ronger son frein comme on dit.

    L'aphte est une affection très désagréable, dans quelle circonstance en fabriques-tu?

    L'aphte fait irruption lorsque la personne réagit trop vite à son entourage et se ferme au lieu d'exprimer son besoin ou ce qu'elle ressent.

    Cela me rappelle le problème d'une femme de ma famille. Quelques jours avant chaque événement public où elle devait se trouver en compagnie de beaucoup de monde, elle attrapait un bouton sur la lèvre.

    Cela aurait pu avoir un rapport avec la parole la nourriture le sourire ou le fait d'embrasser…

    Précisément. Avant une manifestation les activités ne manquaient pas. Durant quelques jours à cause d'une surcharge de travail, elle mettait de côté les baisers les câlins. Elle prenait son travail très à cœur et laissait les bisous pour plus tard.

    Son corps lui a indiqué par ce bouton sur la lèvre que sa manière de voir les choses n'était pas bonne pour elle. Malgré un surplus de travail son être intérieur manifestait un besoin d'affection tout aussi important que la satisfaction de la tâche accomplie.

    D'ailleurs le corps parle si bien que depuis qu'elle a pris conscience de cela, elle laisse se manifester son désir de bien travailler et son désir d'embrasser. Et comme il n'y a plus de raison, il n'y a plus de bouton.

    Les messages sont parfois bien cachés?

    Ce ne sont pas les douze travaux d'Hercule que de recevoir les malaises et maladies comme une source d'informations, un moyen d'évolution. L'être humain aurait intérêt à ne plus les prendre comme des malédictions!

    L'homme voudrait se croire éternel. Il se voit comme une machine qui est censée fonctionner sans problème. Le corps est une sorte de moyen de locomotion pour l'âme. Inéluctablement, au point où en sont les choses, nous allons tous finir par laisser ce corps physique.

    La mort, sans croire qu'il existe quelque chose ailleurs, quelque chose après, je comprends que cela soit une source de soucis, voire de colère… Dis-moi la bouche, pourquoi certaines de tes sœurs ont si mauvaise haleine?

    Réfléchis, quel est le résultat d'une mauvaise odeur? Cela éloigne les gens. La personne pourrait bien en accuser une autre d'être ignoble, écœurante au point d'en donner envie de vomir.

    C'est inconscient tout cela?

    Certainement, mais cela devrait donner la puce à l'oreille. Ce n'est pas parce que nous acceptons quelqu'un que nous lui donnons raison ou que nous sommes d'accord avec lui. Accepter veut dire constater, observer, tout en ayant de la compassion pour l'autre. Sans la compassion, il reste du rejet qui peut se manifester par une odeur qui fait fuir.

    Se peut-il que cela concerne la personne elle-même? Elle se rejetterait?

    Sa peur des manifestations de la vie et de la terre, de son côté animal, doit être grande. La vie c'est aussi la mort, les excréments, la pourriture. Ces derniers peuvent lui être insupportables parce qu'elle y place des notions de valeur. Les plus belles fleurs et les plus beaux légumes poussent sur du fumier ou du compost. La vie se nourrit de la mort. Ce n'est pas une fin à la vie mais une transition vers la suite de la vie.

    Que peut-on dire d'autre de toi?

    Je suis la partie supérieure du système digestif. En cas de malaises, pose-toi des questions. As-tu de la peine à avaler une nouvelle idée? As-tu de la peine à digérer une situation une personne? Comme toujours, il faut transposer au plan émotionnel ou au plan mental.

    Changeons de sujet, tu me sers à mastiquer les aliments. Dis-moi pourquoi certains êtres renoncent à manger de la viande? Moi j'aime beaucoup cela?

    C'est une philosophie intéressante, ne pas manger de viande, ne pas dévorer d'êtres qui ont été vivants. Quand tu mords dans une tranche de viande, sers-toi de cela pour te demander qui tu aurais envie de mordre, quelle colère tu refoules peut-être par rapport à quelle situation?

    J'aime la viande et je me refuse de penser cela?

    Les animaux que tu manges ont été élevés souvent de manière peu humaine, entassés les uns sur les autres, engraissés rapidement pour que le morceau qui se trouve dans ton assiette coûte le moins cher possible, loi du marché oblige.

    Je ne suis pas responsable de cela.

    C'est toi la fin de la chaîne, tu es responsable. On dit aussi que les animaux sentent qu'ils vont passer à l'abattoir. La peur qu'ils ressentent juste avant d'être abattus, tu en manges un peu?

    Vu sous cet angle… Je vais y réfléchir. Vivre dans le respect des humains, mais aussi des animaux, des végétaux, des minéraux, de la terre. Après avoir pris conscience de ces choses, je ne pourrai plus faire semblant de ne pas le savoir…


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :