• 7 %

    Un saint homme tenait un jour une conversation avec Dieu ... il lui dit:

    • Seigneur, j'aimerais savoir comment est le paradis et comment est l'enfer

    Dieu conduisit le saint homme vers deux portes. Il ouvrit l'une d'entre elles et permit ainsi au saint homme de regarder l'intérieur. Au milieu de la pièce, il y avait une immense table ronde. Et, au milieu de la table, il y avait une grosse marmite contenant un ragoût à l'arôme délicieux. Le saint homme saliva d'envie. Les personnes assises autour de la table étaient maigres et livides. Elles avaient, toutes, l'air affamé. Elles tenaient des cuillères aux très longs manches, attachés à leurs bras. Toutes pouvaient atteindre le plat de ragoût et remplir une cuillerée. Mais, comme le manche de la cuillère était plus long que leurs bras, elles ne pouvaient ramener les cuillères à leur bouche.

    Le saint homme frissonna à la vue de leur misère et de leurs souffrances. Dieu lui dit:

    • Tu viens de voir l'enfer.

    Tous deux se dirigèrent alors vers la seconde porte. Dieu l'ouvrit, et la scène que vit le saint homme était identique à la précédente. Il y avait la grande table ronde, la marmite de délicieux ragoût, qui fit encore saliver le saint homme. Les personnes autour de la table étaient également équipées de cuillères aux longs manches. Mais, cette fois, les gens étaient bien nourris, replets, souriants et se parlaient en riant. Le saint homme dit à Dieu:

    • Je ne comprends pas !
    • Eh bien, c'est simple, répondit Dieu à sa demande, c'est juste une question d'habileté.

    Ils ont appris à se nourrir les uns les autres, tandis que les gloutons et les égoïstes ne pensent qu'à eux-mêmes.

    Il faut croire que l''enfer est bien souvent sur terre !!!" .....

    93% des gens ne transféreront pas ce courriel.
    Si vous faites partie des 7% qui le feront, transférez-le avec le titre "7%".
    Je fais partie des 7% et, rappelle-toi que je partagerai toujours ma cuillère avec toi...


    votre commentaire
  • Aime que vous lui disiez ce que vous ressentez.
    Bénit le jour où vous êtes rencontrés.
    Calme vos craintes.
    Donne sans attendre en retour.
    Est toujours prêt à donner un coup de main.
    Fait une différence dans votre vie.
    Garde ses amis dans son cœur.
    Harmonise vos pensées quand elles se bousculent.
    Invite ses amis à se connaître entre eux.
    Jubile quand vous réussissez.
    Klaxonne devant pour que vous passiez.
    Lit cette liste et pense à vous.
    Maximise vos qualités.
    Ne juge jamais.
    Offre son support.
    Parle si on vous cache quelque chose.
    Questionne vos certitudes.
    Remonte votre moral.
    Sait dire des choses sympas sur vous.
    Téléphone juste pour dire "Comment ça va?"
    Utilise les mots justes au bon moment.
    Vous accepte tel que vous êtes.
    Week-end ou pas, il ne vous abandonne jamais.
    X-trêmement indulgent, il pardonne vos erreurs.
    Ya-Qu'à, il ne connaît pas, il agit.
    Zéro problème, il vous aime!


    votre commentaire
  • Bénis, oh Dieu, mes yeux pour qu'ils puissent bénir tout ce qu'ils voient.
    Bénis, oh Dieu, mes oreilles pour qu'elles puissent bénir tout ce qu'elles entendent.
    Bénis, oh Dieu, mes mains pour qu'elles puissent bénir tout ce qu'elles touchent.
    Bénis, oh Dieu, mon visage pour qu'il puisse bénir toutes chose.
    Le coeur de la transformation


    votre commentaire
  • Loin des vieux livres de grammaire,
    Écoutez comment un beau soir,
    Ma mère m'enseigna les mystères
    Du verbe être et du verbe avoir.
    
    Parmi mes meilleurs auxiliaires,
    Il est deux verbes originaux.
    Avoir et Être étaient deux frères
    Que j'ai connus dès le berceau.
    
    Bien qu'opposés de caractère,
    On pouvait les croire jumeaux,
    Tant leur histoire est singulière.
    Mais ces deux frères étaient rivaux.
    
    Ce qu'Avoir aurait voulu être
    Être voulait toujours l'avoir.
    À ne vouloir ni dieu ni maître,
    Le verbe Être s'est fait avoir.
    
    Son frère Avoir était en banque
    Et faisait un grand numéro,
    Alors qu'Être, toujours en manque.
    Souffrait beaucoup dans son ego.
    
    Pendant qu'Être apprenait à lire
    Et faisait ses humanités,
    De son côté sans rien lui dire
    Avoir apprenait à compter.
    
    Et il amassait des fortunes
    En avoirs, en liquidités,
    Pendant qu'Être, un peu dans la lune
    S'était laissé déposséder.
    
    Avoir était ostentatoire
    Lorsqu'il se montrait généreux,
    Être en revanche, et c'est notoire,
    Est bien souvent présomptueux.
    
    Avoir voyage en classe Affaires.
    Il met tous ses titres à l'abri.
    Alors qu'Être est plus débonnaire,
    Il ne gardera rien pour lui.
    
    Sa richesse est tout intérieure, 
    Ce sont les choses de l'esprit.
    Le verbe Être est tout en pudeur,
    Et sa noblesse est à ce prix.
    
    Un jour à force de chimères
    Pour parvenir à un accord,
    Entre verbes ça peut se faire,
    Ils conjuguèrent leurs efforts.
    
    Et pour ne pas perdre la face
    Au milieu des mots rassemblés,
    Ils se sont répartis les tâches
    Pour enfin se réconcilier.
    
    Le verbe Avoir a besoin d'Être
    Parce qu'être, c'est exister.
    Le verbe Être a besoin d'avoirs
    Pour enrichir ses bons côtés.
    
    Et de palabres interminables
    En arguties alambiquées,
    Nos deux frères inséparables
    Ont pu être et avoir été.

    Yves Duteil


    2 commentaires

  • votre commentaire
  •  

    Sur une plage, au bord des flots clapotants, jouent deux enfants.
    Consciencieusement, ils montent châteaux de sable, à l'aide de pèles, pioches et petits bidons, sans oublier les moules, pas celles de la mer, ceux qui leur permettent de donner à leur château des allures de fonds marins.

    Chaque vague vient gentiment rafraîchir leurs petits pieds, de temps en temps leur culotte, sous le regard un peu distrait de leur mère.

    Soudain, une vague plus grosse que les autres arrive, envoyée peut-être par la sorcière des mers ou par la petite sirène.

    Un des garçons, appelons-le Calimero, voit arriver cette vague. Il se crispe, prend peur et la vague le bouscule, le chahute, le lance par terre, lui fait avaler un peu d'eau puis s'en va… la traîtresse. Il se relève, tant bien que mal, se met à hurler et se dirige vers sa mère qui accourt à sa rencontre :

    - Maman, maman, j'ai peur, je ne veux plus aller jouer au bord de la mer, la vague est méchante, elle m'a fait du mal, elle a voulu me noyer… Elle a démoli mon château de sable.

    Le deuxième, appelons-le Félix, voit arriver la même vague. Il l'observe, joue avec, profite de se faire rafraîchir, saute de joie… et la regarde s'en aller, sa copine de jeu. A sa mère qui le rejoint :

    - Maman, maman, tu as vu la belle vague, c'était grandiose de la voir, imposante, venir jouer avec moi, j'avais très chaud et maintenant ça va beaucoup mieux… Je vais recommencer un nouveau château de sable un peu plus loin.

    Et vous? Etes-vous Calimero ou Félix?


    votre commentaire
  • Si je pouvais attraper un arc-en-ciel, je le ferais juste pour toi,
    Et je partagerais ainsi avec toi sa beauté les jours où tu es mélancolique.
    Si je pouvais, je construirais une montagne que tu pourrais considérer comme ta propriété,
    Un endroit où l'on peut être seul, un endroit où trouver la sérénité.
    Si je pouvais prendre tes problèmes, je les jetterais à la mer.
    Mais je me rends compte que toutes ces choses sont impossibles pour moi.
    Je ne peux pas construire une montagne, ni prendre un arc-en-ciel lumineux.
    Mais laisse-moi juste être ce que je sais faire le mieux : un ami toujours présent.

    Auteur inconnu


    1 commentaire
  • Passage du livre " César, l'éclaireur " de Bernard Montaud :

    Violence Domestique- " Mais César, on ne peut pas rester les bras croisés. Comment peut-on demeurer indifférent face à tous ces morts ? "
    - " Oh ! Tu as raison, on ne peut pas rester les bras croisés. Alors décroisons-les pour embrasser ! C'est ainsi que l'on doit remédier aux guerres : embrasser l'ennemi, au lieu de le tuer. "
    - " Oui, mais comment ? Ce n'est pas si simple ! Que pouvons-nous faire ? Comment intervenir dans ces guerres qui ont lieu à l'autre bout du monde ? "
    - " En ne répandant plus toi-même la guerre ici ! Petite Corinne, imagine ! Et s'il existait sur terre deux grandes cuves invisibles ? Une grande cuve de paix et une grande cuve de guerre. Selon toi, comment se rempliraient ces cuves ? "
    - " Heu ! L'une par nos caresses, et l'autre par nos coups. "
    - " Tout juste mon amie ! Par nos petites gouttes de paix : les caresses, par nos petites gouttes de guerre : les coups.

    La peur engendre la peur. La haine engendre la haine. L'Amour engendre l'Amour.

    Pour remplir la " cuve d'Amour " et contrebalancer ainsi toutes les pensées de peur, de haine, de vengeance qui émanent dans le monde, je vous propose de participer à une grande chaîne de pensées d'Amour et de prière.

    Nous sommes conscients que nous ne sommes que des petites gouttes d'eau faisant partie d'un même océan. Chacune de ces gouttes d'eau, si petite soit-elle, peut décider d'apporter sa contribution, si invisible soit-elle.

    Avec coeur!


    votre commentaire
  • Savez-vous comment l’on attrape les singes dans certains endroits d’Inde ? On prend un récipient à l’embouchure étroite, que l’on remplit de noix et d’autres aliments favoris des singes ; on pose ce vase sur le sol. Un singe arrive pour prendre les noix. Il passe la main dans le récipient et empoigne une grosse quantité de noix. Une fois la main pleine, il ne peut plus la sortir du pot dont l’encolure est étroite. Cela lui serait facile de s’échapper en lâchant son butin, mais il est trop bête pour l’abandonner et il est ainsi fait prisonnier. En s’accrochant à quelques noix, le malheureux singe perd la forêt toute entière pleine d’arbres magnifiques, le vaste espace où il pouvait évoluer en toute liberté, jouer et profiter de la vie à volonté. Il a perdu l’abondance de fruits frais et délicieux qui poussaient dans la forêt, uniquement pour sauvegarder quelques noix. Il a tout perdu.

    "A beaucoup d’égards, les humains se conduisent de la même façon. Une personne crie à l’aide :
    "Délivrez-moi ! Je veux la liberté !".

    Mais qui l’a emprisonnée ? Qu’est-ce qui la retient attachée ? Rien, ni personne. Elle n’a qu’à cesser de fabriquer tout ce bruit incessant, arrêter de se battre, se calmer et se détendre. Cela lui permettra de voir que c’est elle, et elle seule qui est la cause de son asservissement. Elle n’a qu’à lâcher les quelques noix auxquelles elle s’accroche, et pourra alors sans difficulté sortir la main de ce récipient à l’entrée étroite, qu’est le corps, le mental et l’intellect.

    Elle sera libre pour toujours. Le monde entier sera à elle.

    Offerte par Carole Braéckman


    1 commentaire
  • Moi qui rêve de réhabiliter la poésie... Voici quelques poèmes que vous pouvez imprimer...

    Le bateau ivre  - Arthur Rimbaud - L'albatros - Charles Baudelaire - La femme adultère - Federico Garcia Lorca - Instant - Nicolas Wharf - Je veux de vous - Théa d'Albertville - Rêveries océanes - Théa d'Albertville - Vouloir vivre - Théa d'Albertville - La lune - Victor Hugo - Le voile - Victor Hugo - Où donc est le bonheur - Victor Hugo


    votre commentaire
  • Deux anges s’arrêtèrent pour passer la nuit dans la maison d'une famille aisée. La famille était mauvaise et refusa que les anges demeurent dans la chambre d'amis de la maison. À la place, ils laissèrent les anges dormir dans une petite pièce dans le sous-sol froid. Pendant qu'ils faisaient leur lit sur le sol dur, le plus âgé des anges aperçut un trou dans le mur et le répara. Quand le plus jeune des anges demanda pourquoi, le plus âgé des anges répliqua : " Les choses ne sont pas toujours ce qu'elles paraissent".
    La nuit suivante, nos compères arrivèrent pour se reposer dans une maison où les gens étaient vraiment pauvres mais où le fermier et sa femme étaient très hospitaliers. Après avoir partagé le peu de nourriture qu'ils avaient, le couple laissa les anges dormir dans leur lit pour qu'ils aient une bonne nuit de sommeil ?
    Lorsque le soleil se leva le lendemain matin, les anges trouvèrent le fermier et sa femme en larmes. Leur unique vache, de laquelle le lait était une bénédiction gisait morte sur le sol.
    Le plus jeune des anges était furieux et demanda au plus âgé des anges comment il avait pu laisser faire cela ? " Le premier homme avait tout et tu l'as aidé ", accusa l'ange. " La deuxième famille avait peu mais était disposée à tout partager et tu as laissé sa vache mourir. "
    " Les choses ne sont pas toujours comme elles paraissent," répliqua le plus vieux des anges "Quand nous sommes restés dans le sous-sol de la maison, je me suis aperçu qu'il y avait de l'or rangé dans ce trou dans le mur. Étant donné que le propriétaire était tellement obsédé par la haine et qu'il ne voulait pas partager sa fortune, j'ai scellé le trou afin qu'il ne retrouve plus son or". Et, la nuit dernière, lorsque nous étions endormis dans la chambre du fermier, l'ange de la mort est venu chercher sa femme. Je lui ai donné la vache à la place. Les choses ne sont pas toujours ce qu'elles paraissent".
    Quelquefois, c'est exactement ce qui arrive lorsque les choses ne tournent pas de la façon dont elles devraient. Si tu as la foi, tu n’as qu'à croire que chaque mauvaise tournure des choses est à ton avantage. Il se peut que tu ne le saches pas avant et que, plus tard.... Une personne arrive dans ta vie et vite s'en va. Une personne devient un ami et reste un temps, laissant de belles empreintes sur ton coeur.... et tu n’es plus jamais le même car tu t’es fait un bon ami!!
    Hier, C'est de l'histoire ancienne. Demain est un mystère. Aujourd'hui est un cadeau. Et c'est pourquoi on l'appelle le présent! Je crois que c'est spécial...vivre et savourer chaque moment ....Ce n'est pas une pratique!
    Et à vous, votre ange vous dit
    - quelqu'un est vraiment fier de toi
    - quelqu'un pense à toi
    - quelqu'un s'inquiète de toi
    - tu manques à quelqu'un
    - quelqu'un veut te parler
    - quelqu'un veut être avec toi
    - quelqu'un souhaite que tu ne sois pas dans le trouble
    - quelqu'un est content du soutien que tu lui apportes
    - quelqu'un veut te tenir la main
    - quelqu'un espère que tout va bien aller
    - quelqu'un veut que tu sois heureux
    - quelqu'un veut que tu le/la trouves
    - quelqu'un veut célébrer ton succès
    - quelqu'un veut te donner un cadeau
    - quelqu'un pense que TU es un cadeau
    - quelqu'un t'aime
    - quelqu'un admire ta force
    - quelqu'un pense à toi et sourit
    - quelqu'un veut être l'épaule sur laquelle tu vas pleurer.


    1 commentaire
  • Diogène le chien (c'est de là que vient le mot cynique) est un philosophe très individualiste, il montre un grand mépris vis à vis des conventions sociales. Il cultive une indépendance outrée et une franchise brutale.

    En 336 ou en 335, Diogène est le seul philosophe de Corinthe à ne pas venir féliciter Alexandre le Grand, chef de la prochaine expédition contre les Perses. Intrigué, le maître de la Grèce et bientôt du monde se fait conduire jusqu'au tonneau de Diogène, en train de se prélasser au soleil. Le dialogue est bref.

    “Demande-moi ce que tu veux, tu l'auras.”

    “Ôte-toi de mon soleil”, réplique le chien céleste.

    D'après Plutarque, “le mépris que lui témoignait Diogène lui inspira une telle admiration pour la fierté et la grandeur de cet homme qu'aux gens de sa suite qui, en se retournant, se moquaient et riaient de Diogène, il répliqua :

    “Eh bien, moi, si je n'étais pas Alexandre, je voudrais être Diogène.”


    6 commentaires
  • Dieu est mon père.
    L'Univers est mon chemin.
    L'immortalité est ma vie.
    La vérité est mon culte.
    La forme est ma manifestation.
    La paix est mon abri.
    L'obstacle est ma leçon.
    La joie est mon hymne.
    Le travail est ma bénédiction
    L'ami est mon compagnon.
    Le voisin est mon frère.
    L'avenir est ma promesse.
    L'ordre est mon sentier.
    La perfection est ma destinée.
    La nature est ma mère.
    L'éternité est mon royaume.
    La pensée est ma demeure.
    L'amour est ma loi.
    La conscience est mon guide.
    L'expérience est mon école.
    La difficulté est mon stimulant.
    La douleur est mon avertissement.
    La lumière est ma réalisation.
    L'adversaire est mon instructeur.
    La lutte est mon occasion.
    L'équilibre est mon attitude.
    La beauté est mon idéal.


    votre commentaire
  • C'est vendredi soir et tu conduis ton auto.
    - Quel genre d'auto conduis-tu?
    C'est toi qui conduis!!! Tu peux seulement avoir 4 autres personnes avec toi.
    - Qui est dans l'auto avec toi?
    En conduisant, toi et tes amis(es) écoutez de la musique.
    - Quelle chanson écoutez-vous?
    Donc, tu écoutes de la musique avec quatre autres personnes.
    Tout à coup un autre conducteur frappe le derrière de ton auto!
    Tu glisses maintenant sur l'autoroute et tu ne contrôles plus ton auto.
    Tu frappes l'herbe à coté de l'autoroute.
    Tu restes là et tu pleures parce que ça fait tellement mal.
    Tu n'entends que le silence, silence, silence, silence.
    Tu essaies de crier à tes amis-es, mais tu as mal et tu es sous le choc, les mots ne veulent pas sortir.
    Tu restes là pour environ 2 minutes, mais cela te semble être 60 minutes.
    Finalement tu entends quelque chose.
    Tu entends l'ambulance et tu ne t'es jamais senti aussi soulagé.
    Tu restes là, encore dans l'auto, et tu penses à ta famille, tes amis-es, l'école, ton boulot, les évènements passés, tes anciens amis-es, tes anciens-nes) amoureux-ses.
    Et tu commences à prier pour les autres personnes qui étaient dans l'auto et pour toi-même.
    Les ambulanciers te sortent de l'auto, te mettent sur une civière, et te mettent dans l'ambulance.
    Tu ne vois rien et n'entends rien à part un grand vide.
    Tu es seul-e. Tu n'as pas la chance de voir les autres personnes qui étaient dans l'auto avec toi.
    En allant à l'hôpital, tu pries et tu te dis à toi-même:
    "Est- ce que je vais mourir? Où sont mes amis-es? Sont-ils en vie? Qu'est ce qui va m'arriver ? ? Est-ce que je suis mort ou non? Qu'est ce qui est arrivé aux autres personnes"
    Qui étaient dans l'auto avec toi ? ?
    Ils sont tous morts-es. Toutes les personnes qui étaient dans l'auto sont mortes. Ils sont tous partis. Tu ne les reverras plus jamais.
    Et toi... tu es mort-e toi aussi.
    Attends tu l'imaginais seulement....non ?
    Mais si jamais c'était vrai? Si cela t'arrivait vraiment? Pense-s'y bien....
    Cette auto était la DERNIERE auto dans laquelle tu étais avec tes amis-es.
    Ces 4 personnes étaient les DERNIERES personnes que tu as vues...
    As-tu bien choisi les personnes qui étaient avec toi dans l'auto... ou tu aurais aimé que ce soient d'autres personnes dans l'auto avec toi?
    La chanson que tu écoutais a été la DERNIERE chanson que tu as entendue.
    N'aurais tu pas aimé pouvoir dire à tout le monde comme tu les aimais?
    N'aurais tu pas aimé pouvoir dire à tes parents comme tu les aimais une dernière fois?
    N'aurais tu pas aimé pouvoir embrasser ton copain-ine une dernière fois?
    N'aurais tu pas aimé pouvoir dire à ton amoureux-se à quel point tu l'aimes?
    N'aurais tu pas aimé pouvoir serrer tes amis dans tes bras une dernière fois?
    N'aurais tu pas aimé pouvoir faire toutes ces choses?
    Tu aurais voulu. Ceci ne t'est pas vraiment arrivé.
    Mais, prie pour toutes les personnes à qui cela arrive vraiment.
    Et rappelle-toi ceci:
    "Vie chaque jour au maximum......"
    Et quand quelqu'un te dit qu'il t'aime, sais seulement ce que ça veut dire.
    Et pense-le quand tu le dis, toi aussi.


    votre commentaire
  • Voici "Faith"

    Ce chien est né la veille de Noël 2002. Il est né avec 3 pattes, 2 pattes arrière en santé et 1 patte anormale avant qui a dû être amputée. Naturellement, il ne pouvait marcher à la naissance et même sa mère ne voulait pas de lui.  
    Le premier propriétaire de ce chien ne croyait pas qu'il allait survivre et voulait le faire euthanasier. Mais Jude Stringfellow, sa propriétaire actuelle, lorsqu'elle l'a rencontré a tout de suite voulu s'en occuper. Elle était déterminée à lui apprendre à marcher seul. Elle lui a donné le nom de "Faith*  (Espoir).

    Au début, elle mettait "Faith" sur une planche de surf pour qu'il sente le mouvement. Ensuite, elle s'est servie de beurre d'arachide pour le récompenser lorsqu'il se mettait debout ou lorsqu'il faisait des sauts. Même l'autre chien de la maison l'encourageait à marcher.  Au grand étonnement de tous, après 6 mois, comme par miracle, "Faith" a appris à bien se balancer sur ses pattes de derrière et faire des sauts pour avancer. Après lui avoir donné un entraînement dans la neige, il a commencé à marcher debout comme un humain.

    "Faith" adore marcher maintenant. Peu importe où il va, les gens sont attirés à lui et il est devenu une vedette de la scène internationale.  On peut le voir dans plusieurs journaux et documentaires. Il est même le sujet d'un livre intitulé ''Avec un peu d'espoir''.  

    Jude Stringfellow a abandonné sa carrière de professeur pour faire une tournée avec lui et donner des conférences. Elle dit que même si nous n'avons pas un corps parfait, il n'empêche pas que notre âme et notre intellect le soient...

    Dans la vie, il y a toujours des choses indésirables et nous avons toujours le choix de les regarder d'un point de vue différent. Je souhaite que ce message vous apporte une nouvelle façon de voir la vie et que vous puissiez apprécier et être reconnaissant pour chaque journée que demain vous apportera. "Faith" est un autre témoignage de courage et de détermination devant une épreuve de la vie.


    1 commentaire
  • De quel arbre êtes-vous?

    Recherchez votre date de naissance et vous trouverez votre arbre... Etonnant, vous verrez...

    23 déc. au 01 janv. Pommier
    02 janv. au 11 janv. Sapin
    12 janv. au 24 janv. Orme
    25 janv. au 03 févr. Cyprès
    04 févr. au 8 févr. Peuplier
    09 févr. au 18 févr. Cèdre
    19 févr. au 28 févr. Pin
    01 mars au 10 mars Saule pleureur
    11 mars au 20 mars Tilleul
    21 mars Chêne
    22 mars au 31 mars Noisetier
    01 avr. au 10 avr. Cormier
    11 avr. au 20 avr. Érable
    21 avr. au 30 avr. Noyer
    01 mai au 14 mai Peuplier
    15 mai au 24 mai Châtaignier
    25 mai au 03 juin Frêne
    04 juin au 13 juin Charme de la Caroline
    14 juin au 23 juin Figuier
    24 juin Bouleau
    25 juin au 04 juill. Pommier
    05 juill. au 14 juill. Sapin
    15 juill. au 25 juill. Orme
    26 juill. au 04 août Cyprès
    05 août au 13 août Peuplier
    14 août au 23 août Cèdre
    24 août au 02 sept. Pin
    03 sept. au 12 sept. Saule pleureur
    13 sept. au 22 sept. Tilleul
    23 sept. - Olivier
    24 sept. au 03 oct. Noisetier
    04 oct. au 13 oct. Cormier
    14 oct. au 23 oct. Érable
    24 oct. au 11 nov. Noyer
    12 nov. au 21 nov. Châtaignier
    22 nov. au 01 déc. Frêne
    02 déc. au 11 déc. Charme de la Caroline
    12 déc. au 21 déc. Figuier
    22 déc. Hêtre

    BOULEAU (l'inspiration) - enjoué, séduisant, élégant, amical, sans prétention, modeste, n'aime pas les excès, a en horreur la vulgarité, aime la vie dans la nature et le calme, n'est pas très passionné, regorge d'imagination, a peu d'ambition, créé une atmosphère calme et satisfaisante.

    CÈDRE (la confiance) - D'une rare beauté, sait s'adapter, aime le luxe, jouit d'une bonne santé, loin d'être timide, a tendance a regarder les autres de haut, est sur de lui, déterminé, impatient, aime impressionner les autres, a de nombreux talents, travailleur, d'un optimisme sain, attendra son seul vrai amour, capable de prendre des décisions rapidement.

    CHARME DE LA CAROLINE (le bon goût) D'une beauté affranchissante, fait attention à son apparence et à sa condition physique, fait preuve de bon goût, n'est pas égoïste fait en sorte que sa vie soit aussi confortable que possible, mène une vie raisonnable et disciplinée, recherche la gentillesse et la reconnaissance chez un partenaire de vie, rêve d'amants exceptionnels, est quelquefois heureux de ses sentiments, a peu confiance dans la plupart des gens, n'est jamais certain de ses décisions, est très consciencieux.

    CHÂTAIGNIER (l'honnêteté) - D'une beauté peu commune, ne veut pas impressionner, a un sens de la justice très développé, est intéressé un diplomate ne, s'irrite facilement et est souvent blessé en société en raison de son manque d'estime de lui, quelquefois donne l'impression d'être supérieur, a l'impression de ne pas être compris, n'aime qu'une fois, peut avoir des difficultés a trouver un partenaire.

    CHÊNE (le brave) - De nature robuste, courageux, fort, implacable, indépendant, raisonnable, n'aime pas le changement, aime garder les pieds sur terre, une personne d'action.

    CORMIER (la délicatesse) - Plein de charme, enjoué, talentueux sans être égoïste aime attirer l'attention, adore la vie, le mouvement, l'agitation et même les complications, est a la fois dépendant et indépendant, fait preuve de bon goût, est artistique, passionne, émotif, est de bonne compagnie, mais ne pardonne pas.

    CYPRÈS (la fidélité) - Fort, musclé, adaptable, prend ce que la vie a à offrir, content, optimiste, a soif d'argent et de reconnaissance, déteste la solitude, amant passionné qui ne peut être satisfait, est fidèle, s'emporte facilement, est indiscipliné et négligent.

    ERABLE (l'indépendance d'esprit) - Sort de l'ordinaire, débordant d'imagination et d'originalité, timide et réservé, ambitieux, fier, sur de lui, désire ardemment vivre de nouvelles expériences, est quelquefois nerveux, possède plusieurs complexités, a une bonne mémoire, apprend facilement, a une vie amoureuse compliquée, désire impressionner.

    FIGUIER (la sensibilité) - Très fort, un peu entêté, indépendant, ne tolère pas les contradictions ou les controverses, adore la vie, sa famille, les enfants et les animaux, un peu volage en société, a un bon sens de l'humour, aime l'oisiveté et la paresse, possède des talents et une intelligence pratiques.

    FRÊNE (l'ambition) - Très séduisant, vif, impulsif, exigeant, ne se préoccupe pas des critiques, ambitieux, intelligent, talentueux, aime jouer avec le destin, peut être narcissique, très fiable et digne de confiance, amant fidèle et prudent, laisse quelquefois sa tête avoir le pas sur son coeur, mais prend le couple très au sérieux.

    HÊTRE (le créatif) - fait preuve de bon goût, s'inquiète de son apparence, matérialiste, démontre un bon sens de l'organisation en ce qui concerne sa vie et sa carrière, est économe, bon dirigeant, raisonnable, ne prend pas de risques inutiles, excellent compagnon de vie, se passionne pour tout ce qui permet de garder la forme (diètes, sports, etc.).

    ORME (la générosité) - De forme plaisante, porte des vêtements élégants, a des exigences modestes, a tendance a ne pas pardonner les erreurs, enjoué, aime mener mais n'aime pas obéir, partenaire fidèle, aime prendre des décisions pour les autres, généreux, a un bon sens de l'humour, est pratique.

    NOISETIER (l'extraordinaire) - Charmant, peu exigeant, très compréhensif, sait comment faire bonne impression, ardent défenseur des causes sociales, populaire, d'humeur changeante, est un amant capricieux, honnête, un partenaire tolérant, possède un sens précis du jugement.

    OLIVIER (la sagesse) - Aime le soleil, la chaleur et les doux sentiments, équilibré, évite les agressions et la violence, tolérant, enjoué, calme, possède un sens de la justice bien développé, sensible, emphatique, n'éprouve pas de jalousie, aime lire et aime être entouré de gens sophistiqués.

    NOYER (la passion) - Implacable, surprenant et plein de contrastes, souvent narcissique, peut démontrer de l'agressivité, est généreux, de vastes horizons s'ouvrent à lui, peut avoir des réactions inattendues, est spontané, fait preuve d'une ambition sans limite, aucune flexibilité, est un partenaire difficile et peu commun, n'est pas toujours aimé mais est souvent admiré, stratège hors pair, très jaloux et passionné, ne fait aucun compromis.

    PEUPLIER (l'incertitude) - Très décoratif, n'a pas beaucoup confiance en lui, courageux seulement lorsque nécessaire, a besoin d'être entouré de personnes plaisantes et de bonne volonté, très sélectif, souvent solitaire, peut éprouver une grande animosité, possède une nature artistique, est un organisateur, a un penchant pour la philosophie, fiable dans toutes les situations, le couple est très important pour lui.

    PIN (le particulier) - Adore être entouré de gens agréables, très robuste, sait comment rendre la vie confortable, est très actif, naturel, un bon compagnon, rarement amical, devient facilement amoureux, mais sa passion s'éteint vite, renonce facilement, tout est matière aux déceptions jusqu'à ce qu'il rencontre son idéal, est digne de confiance et pratique.

    POMMIER (l'amour) - Frêle possède beaucoup de charme, a un bon pouvoir de séduction et d'attraction, a une aura plaisante, aime flirter, est aventureux, sensible, toujours en amour, veut aimer et être aimé, partenaire tendre et fidèle, est très généreux, a des talents scientifiques, ne vit que pour aujourd'hui, est un philosophe insouciant et imaginatif.

    SAPIN (le mystérieux) - Fait preuve d'un goût extraordinaire, est digne, sophistiqué, adore tout ce qui est beau, est d'humeur changeante, entêté, a une tendance a l'égoïsme, mais est attentif aux personnes qui sont proches de lui, est plutôt modeste, très ambitieux, talentueux, travailleur, un amant insatisfait, a plusieurs amis, plusieurs ennemis, on peut compter sur lui.

    SAULE PLEUREUR (la mélancolie) - Beau mais plein de mélancolie, séduisant, très emphatique, aime tout ce qui est beau et de bon goût, aime voyager, est rêveur, agité, capricieux, honnête, peut être influencé mais il n'est pas facile a vivre, exigeant, bonne intuition, souffre en amour mais trouve quelquefois un partenaire qui lui sert de point d'ancrage.

    TILLEUL (le doute) - Accepte calmement les leçons parfois difficiles que lui impose la vie, déteste la bagarre, le stress et le travail, n'aime pas la paresse et l'inaction, est doux et se laisse fléchir facilement, fait des sacrifices pour ses amis, a plusieurs talents mais n'a pas la ténacité nécessaire pour les développer, se plaint et gémit souvent, est très jaloux mais est aussi loyal.


    2 commentaires
  •  

    Il y a un temps pour toute chose.
    Un temps pour déchirer, un temps pour recoudre.
    Un temps pour garder, un temps pour jeter.
    Prends le temps de jouer, c’est le secret de la jeunesse.
    Prends le temps de travailler, c’est excellent pour l’esprit.
    Prends le temps de méditer, cela ôte de tes yeux la poussière terrestre.
    Prends le temps d’aimer, c’est ton plus beau cadeau.
    Prends le temps pour tes amis, c’est source de bonheur.
    Et surtout, mon fils, prends le temps de sourire.
    Un sourire donne la force à celui qui est fatigué.
    Et rend le courage au plus désespéré.
    Il ne peut s’acheter, se prêter, se voler.
    Car c’est un bien qui n’a de valeur.
    Qu’à partir du moment où tu le donnes.
    Prends encore le temps de rêver.
    Ca fait monter ton âme vers les étoiles.

    Livre de l'Ecclésiaste passage (1218)


    votre commentaire
  • Dans les ténèbres qui m’enserrent,
    Noires comme un puits où l’on se noie,
    Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,
    Pour mon âme invincible et fière,

    Dans de cruelles circonstances,
    Je n’ai ni gémi ni pleuré,
    Meurtri par cette existence,
    Je suis debout bien que blessé,

    En ce lieu de colère et de pleurs,
    Se profile l’ombre de la mort,
    Et je ne sais ce que me réserve le sort,
    Mais je suis et je resterai sans peur,

    Aussi étroit soit le chemin,
    Nombreux les châtiments infâmes,
    Je suis le maître de mon destin,
    Je suis le capitaine de mon âme.

    de l'écrivain William Ernest Henley

    Le poème préféré de Nelson Mandela


    votre commentaire

  • 2 commentaires
  • autisme09Celui qui n´a pas Noël dans le cœur, ne le trouvera jamais au pied d´un arbre. [Smith Roy]
    Il y a 40 ans, j´ai reçu un incroyable cadeau de Noël, qui aujourd'hui encore m´ illumine la vie! J´avais 10 ans, placée depuis des années dans des institutions, dont celle où j´étais à cet âge,  qui était pour les enfants handicapés. J´avais fait face à tellement d´abus, de rejets, de mensonges, de malhonnêteté, de violences tant verbales, psychologiques, que physiques, qu´à 10 ans, je ne souhaitais plus que… que tout s´arrête. Rien, ni personne ne m´avaient permis de vivre, ni même donné envie de continuer.
    Face à l´horreur, partir définitivement me semblait du haut de mon enfance, la seul solution. Pendant des mois, j´ai cessé complétement de parler, à quoi bon personne ne m´écoutait. Je me suis mise à voler des médicaments en pensant que, quand j´en aurais tant, je pourrais les prendre et qu´enfin je serais en paix…
    Un jour, je suis arrivée à avoir, me semblait-il assez de médicaments et me sentais prête à mourir. Ce jour, là j´ai réussi  à fausser compagnie à l´école et sereinement, je suis allée dans le dortoir. Il n´y avait jamais personne à ces heures, je savais que je serais tranquille…
    Mais… c´était sans compter avec la VIE, car au moment où j´allais sortir de leur cachette mes médicaments, j´ai entendu des pas et me suis stoppée net. Alors, est arrivée la 1ère stagiaire éducatrice qui venait travailler dans cette institution gérée par des religieuses et qui me demande ce que je fais là? Face à mon silence terrifié, elle s´est mise à genoux et me dit avec une grande tendresse:  

    • Tu sais, j´aimerais profiter que nous sommes que nous deux pour te dire combien je vois que la personne responsable de ce lieu est injuste avec toi, combien c´est difficile, combien tu souffres.
    • Je vois ta tristesse et je comprends que tu ne veuilles plus nous parler.
    • Je ne sais pas non plus ce que tu fais dans cette institution pour handicapés…
    • j´aimerais tellement faire quelque chose pour toi, mais c´est mon 1er stage, je débute et je suis démunie. Mais j´aimerais te dire combien je t´aime et que je suis là si tu as besoin de moi.

    Et elle m´a serrée avec douceur dans ses bras.  Et j´ai vécu la plus belle chose de toute ma vie jusque-là! Son amour, sa compassion, ces mots, son geste, tous donnés avec respect et avec un amour inconditionnel, ont touché mon âme, m´ont remplie, nourrie. Rendant mon univers si sombre, lumineux et porteur, un infini possible s´ouvrait alors à moi. J´ai pas osé bouger, j´ai rien osé dire, mais je me souviens d´avoir pensé : c´est donc possible !
    Oui l´amour est possible, tout ce à quoi mon cœur, mon âme et mon corps aspiraient depuis 10 ans, savaient sans le vivre jusque-là, recevait la confirmation, que c´était possible, puisque je l´avais reçu ce jour–là. Que oui, j´étais aimée au-delà de tout. Alors, j´ai laissé les médicaments, et petit à petit, j´ai été d´accord de parler. J´ai repris la vie, mais sous un angle si différent. La violence pouvait et a continué, mais maintenant j´avais en moi cet amour, qui me guidait au-delà de tout.
    Bien sûr, on ne sort pas idem d´une histoire d´enfance douloureuse, tout un travail sur moi-même et le temps, m´ont permis l´apaisement et surtout le pardon, pour vivre sereinement. Ce que je sais, c´est que depuis ce jour-là, cet amour m´a permis de cultiver la beauté dans ma vie, de croire en l´humain, m´a depuis toujours motivée dans mes relations et est la lumière qui me guide lorsque je suis dans la nuit de l´épreuve. Depuis 40 ans, ce cadeau de la compassion reçue est mon moteur pour vivre, vibre en moi et illumine aussi la vie des personnes qui me côtoient, un incroyable cadeau! 40 ans que ce cadeau, me rappelle ce que je souhaite recevoir aussi et me permet d´accepter à dire non si l´attention à l´autre n´est pas présent.
    Alors du fond du CŒUR, offrez votre compassion en cadeau, osez l´empathie. Osez, vous arrêter et donner, même petit votre geste peut faire des miracles! J´ai eu besoin de remercier cette éducatrice, des années après. J´étais adulte, elle était devenue responsable dans cette institution. Lorsque je lui partagé mon vécu d´enfant de 10 ans, elle n´en revenait pas, car elle ne gardait pas souvenir de ce vécu là en particulier, mais plus de l´ambiance à cette période. Elle ne s´était jamais doutée que ce jour-là, je voulais mourir et que son amour, m´a permis de vivre. Par contre touchée par mon partage d´adulte, et surtout de ce que j´avais pu faire de ce vécu là, elle m´a recontactée elle, des années après notre dernière rencontre. Pour me dire, que mon attitude responsable face à ma douleur et surtout celle du pardon, lui avait permis à elle cette fois de soigner ses propres blessures et elle avait entrepris alors tout un travail sur elle, elle m´a remerciée à son tour, d´avoir pu grandir! Incroyable, mais le cadeau de son amour inconditionnel pour la fillette perdue de 10 ans que j´étais, a permis que je puisse aimer et aider à mon tour, lui a permis de prendre soin d´elle aussi!

    Auteur inconnu


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique