• moussechocoorangePour 4 personnes

    Ingrédients

    • une orange blonde moyenne
    • 3 oeufs
    • 3 cuillères à soupe de sucre
    • 100 gr de chocolat noir 90 % (Lindt)

    Comment faire

    • Bien laver votre orange
    • La peler avec un couteau éplucheur
    • Découper les zests en petits batonnets de 1 mm de large
    • Presser  l'orange
    • Mettre à fondre votre chocolat en carrés dans ce jus d'orange dans une casserole à basse température, en remuant
    • Ajouter les zests
    • Dans une bain-marie, battre vos trois oeufs avec le sucre jusqu'à obtention d'une belle mousse
    • Ajouter délicatement le chocolat
    • Mettre dans les verres et placer au réfrigérateur.

    Recette improvisée samedi dernier, excellent...
    pour qui aime l'amertume du chocolat et l'acidité de l'orange mélangés.


    1 commentaire
  • http sHTTP signifie "Hypertext Transport Protocol", qui est juste une façon de dire que c'est un protocole (par exemple un langage ou bien une façon de parler) pour les informations transmises entre les serveurs WEB et leurs clients. L'important, c'est la lettre S qui fait toute la différence entre HTTP et HTTPS.

    Le S (grande surprise) est synonyme de « Secure (sécurité) ». Voici un exemple : https://acces.desjardins.com/

    Si vous visitez un site Web ou une page Web, regardez bien l'adresse dans le navigateur Web, elle commence avec le texte suivant: http://.

    Cela signifie que le site est en communication avec votre navigateur à l'aide du protocole non sécurisé.

    *En d' autres termes, il est possible pour une personne de voir sur votre ordinateur votre conversation avec le site Web...

    Si vous remplissez un formulaire sur le site, n' importe qui pourrait voir toutes les informations que vous envoyez à ce site...

    C'est la raison pour laquelle vous ne devez jamais entrer votre numéro de carte de crédit ou autre numéro : votre numéro de sécurité sociale par exemple, dans un site Web http...

    Mais si l' adresse du site Web commence par https: / /, cela signifie que votre ordinateur est en communication avec le site Web en toute sécurité et  que personne ne peut voir ce que vous faites sur votre ordinateur !

    Vous comprenez pourquoi c' est si important, n' est-ce pas?

    *Si un site Web vous demande d' entrer votre numéro de carte crédit ou des informations sur votre carte, vous devriez  automatiquement vérifier si l' adresse du site Web commence par bien par https: / /.

    Sinon, il n' existe aucun moyen de vous protéger.
    *Comme vous le vous voyez, on en apprend tous les jours...

    Lien


    votre commentaire
  • vertQuelques conseils de base pour éviter la propagation des Virus

    Comment « nettoyer » un Courriel avant d’y répondre, ou de le re-transmettre y compris le mien !

    Ces conseils proviennent d’Experts en informatique, Administrateur au Bureau Corporatif des Ordinateurs. Elles s’appliquent à nous tous qui envoyons des courriels (Emails).

    Lisez attentivement cette brève procédure, même si vous êtes persuadés d’avoir, et de pratiquer la bonne méthode, pour envoyer des messages par Internet.

    Savez-vous comment re-transmettre un message que l’on vous a envoyé :

    50 % d’entre nous le savent, mais les autres 50 % L’IGNORENT

    Vous demandez-vous pourquoi vous avez des « VIRUS » ou des « SPAMS »  ???

    Chaque fois que vous re-transmettez un message, vous véhiculez des informations sur les personnes qui ont eu le message avant vous : leurs Noms ou Surnoms, mais surtout leur adresse courriel. Comme bien souvent le message est retransmis à d’autres, la liste des noms et adresses grossit, grossit, et fait boule de neige. Lorsqu’un virus pénètre dans cette liste, elle atteindra tous ceux qui la composent, y compris vous-même. Il faut savoir que les virus peuvent s’incruster dans nos messages entre leur départ et leur arrivée.

    Certains « récupèrent » ces adresses pour les revendre, ou ils vous envoient un courriel pour vous faire visiter leur site, gagnent 5 cent d’Euro par visite, mais vous, vous êtes piégés !

    COMMENT POUVEZ-VOUS ARRETER CELA ?

    Tout simplement par quelques précautions élémentaires :

    1°) Lorsque vous faites suivre un message, après avoir fait un clic gauche dans la case « Transmettre », c’est là que vous devez faire disparaître tous les Noms et les Adresses Email des personnes qui ont déjà reçu le message. Vous les « noircissez » et les supprimez avec la touche « Suppr », ou si vous préférez, effacez lettre par lettre, en reculant progressivement. Toutes les manières sont bonnes, mais il est IMPERATIF de faire disparaître les noms et adresses de tout autre personne que vous, et celui à qui vous envoyez le message.

    Seul le texte ou bien le « Lien » à re-transmettre doit figurer sur la page,

    Vous pouvez y ajouter votre propre texte, par ex. : Bonne Journée, et votre Signature, mais encore une fois il est essentiel de faire disparaître tous les noms et adresses courriel des personnes qui apparaissaient précédemment sur cette page.

    2°) Lorsque vous faites un envoi groupé de Mails à plusieurs personnes, d’abord, vous avez intérêt à constituer un « groupe » dans votre carnet, mais surtout, ne positionnez pas vos adresses dans la case « A » ou « Cc », mais prenez plutôt l’habitude d’employer la case « Cci » (Copie Carbonne Invisible) dénommée quelque fois « Bcc ».

    De cette manière, seule la personne à qui vous écrivez verra son Nom et son Adresse, mais pas celles des autres. Personne ne pourra relever ces adresses. Il est évident que si vous désirez que les destinataires soient tous au courant des personnes à qui vous adressez ce message, n’utilisez pas cette disposition, mais soyez conscient qu’elle comporte un risque…

    3°) Dans la ligne « Sujet », enlevez toutes abréviations telles que « FW » ou « Réf » ou « Rép » ou autres, mais par contre, vous pouvez renommer le sujet si vous le désirez.

    4°) Utilisez toujours le bouton « Transmettre », de la page sur laquelle vous lisez votre message, vous éviterez ainsi à votre correspondant d’avoir à passer en revue toutes les autres pages adressées précédemment.

    5°) Avez-vous déjà reçu un Mail sous forme de pétition ? Il y a une liste de noms, et l’on vous demande d’y ajouter le votre en dernier et de re-transmettre ce message à 10 ou 15 personnes de votre carnet d’adresses. Ce Mail pourra être re-transmis et re-re-transmis à l’infini, et réunir ainsi des centaines de Noms et d’Adresses courriel. En fait cette pétition vaut quelques Dollars ou quelques Euros pour un professionnel des « SPAMS » à cause des Noms et Adresses Email « VERITABLES » qui la composent.

    Si vous désirez vraiment défendre cette pétition, faites une lettre personnelle à son initiateur, celle-ci aura plus de poids qu’une liste de noms, qui peut-être inventée de toutes pièces, mais comme par hasard, le nom et adresse de l’initiateur n’y figure jamais...

    Ne croyez pas lorsqu’il est écrit que ce Mail sera repris utilement par telle ou telle Sté…

    C’est impossible si l’on n’envoie pas de copie directement à la Sté mentionnée.

    6°) Le message le plus détestable est celui qui vous demande d’envoyer votre courriel à 5, 10, ou 15 personnes, et que si vous le faites, il vous arrivera un bienfait quelconque, ou alors que vous verrez apparaître quelque chose sur votre écran, ou bien encore que vous recevrez carrément une caisse de champagne… Soyez certain que rien de cela n’arrivera….

    Ce genre de Mails revient régulièrement chaque année… Une seule attitude à avoir :

    Destruction immédiate sans compromis.

    7°) Avant d’envisager de faire suivre un message d’alerte sur un quelconque Virus, une recherche de personne, ou la propagation d’une histoire à dormir debout, il y a un site Internet en France à compulser impérativement :

    http://www.hoaxbuster.com/

    Ce site répertorie, analyse et informe sur la véracité du contenu de ces messages :

    VRAI ou FAUX !!!

    S’ils sont réels, vous pouvez les faire suivre si vous le désirez, mais avec les précautions élémentaires énumérées au début de ce texte.xq

    Par Pitié, ne re-transmettez pas de fausses alertes… Vérifiez ! ! !

    8°) Attention aux pièces jointes que vous envoyez, celles dont la référence de fichier se terminent par : « .exe », sont les plus vulnérables et souvent détruites d’office par un bon nombre d’antivirus. Si vous êtes certains de leur « bonne santé » et que vous vouliez impérativement les faire parvenir à quelqu’un, prenez la précaution de « Zipper » votre dossier, qui voyagera ainsi en toute sécurité…

    * * *


    2 commentaires

  • A 10 ans vous ne m'aimiez pas
    J'étais petite et dans la lune
    Malgré mes efforts de diva
    Vous me trouviez bien importune

    A 15 ans vous m'aimiez un peu
    Je commençais à devenir
    La femme qui se prête au jeu
    De la séduction, c'est peu dire

    A 20 ans m'avez épousée
    Pour que puisse la vie renaître
    Sans décider, mais bien pressé
    D'être père de l'enfant à naître

    A 25 ans m'avez heurtée
    Partager c'était bien trop dur
    M'avez même un peu rudoyée
    Et j'ai filé à toute allure

    A 30 ans on dit le bel âge
    Tout en train de me reconstruire
    Vous me faisiez bien des hommages
    Je n'ai rien vu, j'étais en ire

    A 35 ans vous m'aduliez
    Rêviez tous de moi dans vos lits
    Mais moi j'étais encore coincée
    Ne pouvais être qu'effigie

    A 40 ans le grand amour
    Le vrai le beau le partagé
    Comme la foudre pour toujours
    Je le croyais avait frappé

    A 45 ans j'ai laissé
    Ce rêve de partage éternel
    Puisque vous étiez marié
    Et êtes resté avec elle

    A 50 ans je vous ai vu
    Vous l'amant, l'ami voire le père
    Et vous m'avez aidée guérie
    De cette fratricide guerre

    A 55 ans m'aimez moins
    Ou plus pour les mêmes raisons
    Un petit tour entre mes mains
    Ou deux ou trois et puis s'en vont

    Que seront-ce mes 60 ans
    Moi qui encore aime séduire
    Resterez-vous ami amant
    Pour le meilleur et pour le pire

    Vous, l'homme

    Théa d'Albertville
    Dans le train vers Romont
    9 janvier 2012


    votre commentaire
  • enfantUn homme tomba dans un trou et se fit très mal.
    Un Cartésien se pencha et lui dit : « Vous n'êtes pas rationnel, vous auriez dû voir ce trou ».
    Un spiritualiste le vit et dit : « Vous avez dû commettre quelque péché ».
    Un scientifique calcula la profondeur du trou.
    Un journaliste l'interviewa sur ses douleurs.
    Un yogi lui dit : « Ce trou est seulement dans ta tête, comme ta douleur ».
    Un médecin lui lança 2 comprimés d'aspirine.
    Une infirmière s'assit sur le bord et pleura avec lui.
    Un thérapeute l'incita à trouver les raisons pour lesquelles ses parents le préparèrent à tomber dans le trou.
    Une pratiquante de la pensée positive l'exhorta : « Quand on veut, on peut ! »
    Un optimiste lui dit : « Vous avez de la chance, vous auriez pu vous casser une jambe ».
    Un pessimiste ajouta : « Et ça risque d'empirer ».
    Puis un enfant passa, et lui tendit la main...


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • eckarttolledalailamaUn cadeau, un livre d'Eckart Tolle... "Vous êtes ici pour permettre à la mission divine de l'univers de se déployer." nous dit-il ! Ou encore : "Comment accéder au pouvoir du moment présent" - "La véritable nature du vide et du temps" - "Comment ralentir le vieillissement" - "Pourquoi les femmes sont plus près de l'illumination que les hommes", etc. Je l'ai reçu en format A4, je l'ai "arrangé" pour une meilleure lecture.
    Le pouvoir du moment présent.


    votre commentaire

  • 2 commentaires

  • votre commentaire
  • anneauUn écolier vint trouver son professeur pour lui parler d‘un problème.
    • Je viens vous voir, car je n’ai pas la force d’affronter mon problème. Ils disent que je ne sers à rien, que je ne fais rien de bien, que je suis bête et idiot.
    • Comment puis-je devenir meilleur ?
    • Que puis-je faire pour qu’on m’apprécie ?
    Le professeur, sans lui jeter un regard, lui dit :
    • Je suis vraiment désolé mon garçon, pour l’instant, je dois résoudre mon propre problème. Ensuite, peut-être…
    Faisant une pause, il dit :
    • Si tu m’aides à résoudre mon problème rapidement, je pourrai peut-être ensuite t’aider à résoudre le tien.
    • Bien sûr, professeur, dit le garçon.
    Mais il se sentit aussitôt dévalorisé. Le professeur ôta un anneau de son petit doigt et lui dit :
    • Prends ton cheval et va sur le marché. Tu devras vendre cet anneau pour moi car je dois rembourser une dette. Évidemment, tu devras en obtenir le maximum, mais ne le vends surtout pas en dessous d’une pièce d’or. Va et reviens avec l’argent le plus rapidement possible.
    Le garçon prit l’anneau et s’en alla. Quand il arriva sur le marché, il commença à le proposer aux marchands. Ils paraissaient très intéressés et attendaient de savoir combien le jeune garçon en demandait. Dès qu’il parlait de la pièce d’or, certains éclataient de rire, d’autres partaient sans même le regarder.
    Seul, un vieillard fut assez aimable pour lui expliquer qu’une pièce d’or avait beaucoup trop de valeur pour acheter une bague. Voulant aider le jeune garçon, on lui proposa une pièce de bronze, puis une pièce d’argent. Mais le garçon suivait les instructions de son professeur de ne rien accepter en dessous d’une pièce d’or, et déclina toutes les offres.
    Après avoir proposé le bijou à tous les passants du marché, et abattu par son échec cuisant, il remonta sur son cheval et rentra. Le jeune garçon aurait voulu avoir une pièce d’or pour acheter lui-même cet anneau, libérant ainsi son professeur afin qu’il puisse ainsi lui venir en aide à son tour avec ses conseils.
    Il arriva vers le professeur et lui dit :
    • Professeur, je suis désolé, mais je n’ai pas réussi à obtenir ce que vous m’aviez demandé. J’aurais pu récupérer 2 ou 3 pièces d’argent, mais je crois que l’on ne peut pas tromper quelqu’un sur la valeur de cette bague.
    • C’est très important ce que tu me dis, mon garçon, rétorqua le professeur en souriant. Tout d’abord, nous devons connaître la vraie valeur de cet anneau.
    • Remonte à cheval et va chez le joailler. Qui mieux que lui connaitra sa vraie valeur ? Mais peu importe ce qu’il t’en offrira, ne le vends pas. Reviens ici avec mon anneau.
    Le garçon alla trouver le joailler et lui tendit l’anneau pour qu’il l’examine. Le joailler le scruta à la loupe, le pesa et lui dit :
    • Dis à ton professeur, que s’il veut le vendre, aujourd’hui, je ne peux lui donner que 58 pièces d’or. 
    • 58 pièces d’or ! S’exclama le jeune garçon.
    • Oui, répondit le joailler, et je crois que dans quelque temps, je pourrai lui en offrir 70. Mais si la vente est urgente…
    Le garçon courut tout excité chez le professeur pour lui raconter ce qui s’était passé.
    • Assieds-toi, dit le professeur.
    Et après avoir écouté l’enfant, il lui dit :
    • Tu es comme cet anneau d’or, un joyau de grande valeur et unique. Seulement, sa valeur ne peut être reconnue que par un spécialiste. Tu pensais que n’importe qui pouvait découvrir sa vraie valeur ?
    Tout en parlant, il remit son anneau à son doigt.
    • Nous sommes tous comme ce bijou, d’une très grande valeur et uniques. Et nous allons sur tous les marchés de la vie en espérant que des personnes inexpérimentées reconnaissent notre valeur.
    Renforce ta valeur !

     

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires