• Un jour, mon père m'a donné deux boîtes à garder.
    Il me dit : "Range tous tes chagrins dans la boîte noire et toutes tes joies dans la boîte dorée."
    J'ai bien écouté ses paroles et j'ai placé chacune de mes joies et chacun de mes chagrins dans les boîtes.
    Mais la boîte dorée devenait plus lourde chaque jour tandis que la noire restait toujours aussi légère qu'au début.
    Poussé par la curiosité, j'ai ouvert la boîte noire, je voulais savoir pourquoi elle restait légère.
    Au fond de cette boîte, il y avait un trou dans lequel tous mes chagrins étaient tombés.
    J'ai montré le trou à mon père et lui dit, rêveur :
    "Je me demandais où pouvaient être mes chagrins."
    Il sourit, un chaleureux sourire, et dit :
    "Mon enfant, ils sont tous ici avec moi."
    Je lui ai demandé :
    "Pourquoi m'as-tu donné ces boîtes?"
    "Pourquoi la dorée, et la noire avec le trou?"
    "Mon enfant, la boîte dorée est pour toi, pour compter toutes tes bénédictions."
    "Et la boîte noire est pour laisser aller les chagrins."
    "Et puis mon Fils, parce que je suis Dieu, ton père."


    votre commentaire
  •  (bien que le Savoir ne soit pas un sentiment...)
    Il était une fois, une île où tous les différents sentiments vivaient : le Bonheur, la Tristesse, le Savoir, ainsi que tous les autres, l'Amour y compris.
    Un jour on annonça aux sentiments que l'île allait couler. Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent.
    Seul l'Amour resta. L'Amour voulait rester jusqu'au dernier moment. Quand l'île fut sur le point de sombrer, l'Amour décida d'appeler à l'aide.
    La Richesse passait à côté de l'Amour dans un luxueux bateau. L'Amour lui dit, "Richesse, peux-tu m'emmener?" "Non car il y a beaucoup d'argent et d'or sur mon bateau. Je n'ai pas de place pour toi."
    L'Amour décida alors de demander à l'Orgueil, qui passait aussi dans un magnifique vaisseau, "Orgueil, aide-moi je t'en prie !" "Je ne puis t'aider, Amour. Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bateau."
    La Tristesse étant à côté, l'Amour lui demanda, "Tristesse, laisse-moi venir avec toi." "Ooh... Amour, je suis tellement triste que j'ai besoin d'être seule !"
    Le Bonheur passa aussi à coté de l'Amour, mais il était si heureux qu'il n'entendît même pas l'Amour l'appeler !
    Soudain, une voix dit, "Viens Amour, je te prends avec moi." C'était un vieillard qui avait parlé. L'Amour se sentit si reconnaissant et plein de joie qu'il en oublia de demander son nom au vieillard. Lorsqu'ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s'en alla.
    L'Amour réalisa combien il lui devait et demanda au Savoir "Qui m'a aidé ?"
    "C'était le Temps" répondit le Savoir.
    "Le Temps ?" s'interrogea l'Amour.
    "Mais pourquoi le Temps m'a-t-il aidé ?"
    Le Savoir, sourit plein de sagesse, et répondit : "C'est parce que Seul le Temps est capable de comprendre combien l'Amour est important dans la Vie.
    (Histoire proposée par Christian Boucher)

    "Demander ne coûte qu'un instant d'embarras; ne pas demander, c'est être embarrassé toute sa vie."
    Proverbe japonais


    votre commentaire
  • Il était une fois...
    un garçon qui naquit malade, d'une maladie qui n'avait pas de cure.
    Il avait 17 ans et pouvait mourir a n'importe quel moment. Il vivait toujours chez sa mère sous l'attention de cette dernière. C'était dur et il décida de partir seulement pour une fois.
    Il demanda la permission à sa mère qui la lui donna. En marchant dans son quartier il vit beaucoup de boutiques. En passant devant un magasin de musique et en regardant la vitrine il nota la présence d'une fille très tendre de son âge. Ce fut le coup de foudre. Il ouvrit la porte et entra en ne regardant qu'elle.
    En s'approchant peu à peu, il arriva au comptoir où elle se trouvait.
    Elle le regarda et lui demanda en souriant :
    " Je peux t'aider?"
    Il pensa que c'était le sourire le plus beau qu'il avait vu de toute sa vie.
    Il sentit le désir de l'embrasser en ce même instant.
    Il lui dit en bégayant:
    " Oui, heeeuuu,...J'aimerais acheter un CD".
    Sans réfléchir, il prit le premier qu'il vit et lui donna l'argent.
    " Tu veux que je te l'emballe?" demanda la fille en souriant de nouveau.
    Il répondit que oui, en bougeant la tête, et elle alla dans l'arrière-boutique pour revenir avec le paquet emballé et le lui remettre. Il le prit et sortit du magasin.
    Il s'en alla à sa maison, et depuis ce jour, dorénavant, il alla au magasin tous les jours pour acheter un CD.
    Elle les lui emballait toujours, la fille pour qu'ensuite il les emporte à sa maison et les mette dans son armoire.
    Il était trop timide que pour l'inviter à sortir, et, même s'il essayait, Il n'y arrivait pas.
    Sa mère fut mise au courant de cela et tenta de l'encourager à s'aventurer, de sorte que le jour suivant il s'arma de courage et se dirigea au magasin.
    Comme tous les autres jours, il acheta une fois de plus un CD, et comme toujours, elle s'en alla derrière pour l'emballer. Elle prit donc le CD et pendant qu'elle l'emballait, il laissa rapidement son numéro de téléphone sur le comptoir et s'en alla en courant du magasin.
    Ringggg !!! Sa mère répondit: "Allô?"
    c'était la fille qui demandait pour son fils et la mère inconsolable, commença à pleurer pendant qu'elle disait:
    "Quoi, tu ne sais pas? .Il est mort hier".
    Il y eut un silence prolongé, excepté les lamentations de la mère.
    Plus tard, la maman entra dans la chambre de son fils pour se rappeler de lui. Elle décida de commencer par regarder ses vêtements de sorte qu'elle ouvrit son armoire. Elle eut la surprise de se heurter à des montagnes de CD emballés, aucun n'était ouvert. Le fait de voir autant de CD la rendit curieuse et elle ne résista pas; elle prit un CD et s'assit sur le lit pour l'ouvrir; en faisant cela, un petit bout de papier tomba de la boîte plastique.
    La maman le rattrapa et le lut, il disait: " Salut!!! T'es super mignon, tu veux sortir avec moi?". TQM....Sofia.
    Avec beaucoup d' émotion, la mère ouvrit un autre CD, encore d'autres et dans plusieurs se trouvaient des bouts de papier qui disaient la même chose....
    Moralité: Ainsi est la vie, n'attend pas trop pour dire a quelqu'un de spécial ce que tu ressens.
    Dis le aujourd'hui. Demain ça peut être trop tard.


    votre commentaire

  • 2 commentaires
  • Un voyageur égaré arriva au paradis et tomba endormi sous un arbre à souhaits.
    Au réveil, il se rendit compte qu'il avait faim. Je me mettrais bien quelque chose sous la dent, dit-il. Immédiatement un plat de nourriture délicieuse apparut par miracle. Il était si affamé qu'il ne fit pas attention à l'origine de son festin. Il mangea. Puis il regarda autour de lui. Il se sentait satisfait.
    Ah, si j'avais quelque chose à boire, dit-il. Apparut aussitôt une bouteille du meilleur vin.
    Assis sous l'arbre à souhaits du paradis, repu et joyeux, bercé par la brise, le voyageur s'interrogea.
    Qu'est-ce qui peut bien se passer. Est-ce que je rêve ? Ou bien serait-ce des fantômes qui me jouent des tours ? Alors des fantômes apparurent. Ils étaient féroces, horribles, affreux.
    Il se mit à trembler et emporté par ses pensées, il se dit : ça y est, ça y est, ils vont me tuer. Et les fantômes le tuèrent.
    Le plexus est un arbre à souhaits. Tout ce que nous pensons se réalise tôt ou tard. Parfois, la distance est telle que nous ne nous rappelons pas ce que nous avons désiré.
    Si nous regardons de près, nous pouvons voir que toutes nos pensées nous créent, nous et notre vie. Nous en sommes le seul responsable.


    votre commentaire
  • Deux anges s’arrêtèrent pour passer la nuit dans la maison d'une famille aisée. La famille était mauvaise et refusa que les anges demeurent dans la chambre d'amis de la maison. À la place, ils laissèrent les anges dormir dans une petite pièce dans le sous-sol froid. Pendant qu'ils faisaient leur lit sur le sol dur, le plus âgé des anges aperçut un trou dans le mur et le répara. Quand le plus jeune des anges demanda pourquoi, le plus âgé des anges répliqua : " Les choses ne sont pas toujours ce qu'elles paraissent".
    La nuit suivante, nos compères arrivèrent pour se reposer dans une maison où les gens étaient vraiment pauvres mais où le fermier et sa femme étaient très hospitaliers. Après avoir partagé le peu de nourriture qu'ils avaient, le couple laissa les anges dormir dans leur lit pour qu'ils aient une bonne nuit de sommeil ?
    Lorsque le soleil se leva le lendemain matin, les anges trouvèrent le fermier et sa femme en larmes. Leur unique vache, de laquelle le lait était une bénédiction gisait morte sur le sol.
    Le plus jeune des anges était furieux et demanda au plus âgé des anges comment il avait pu laisser faire cela ? " Le premier homme avait tout et tu l'as aidé ", accusa l'ange. " La deuxième famille avait peu mais était disposée à tout partager et tu as laissé sa vache mourir. "
    " Les choses ne sont pas toujours comme elles paraissent," répliqua le plus vieux des anges "Quand nous sommes restés dans le sous-sol de la maison, je me suis aperçu qu'il y avait de l'or rangé dans ce trou dans le mur. Étant donné que le propriétaire était tellement obsédé par la haine et qu'il ne voulait pas partager sa fortune, j'ai scellé le trou afin qu'il ne retrouve plus son or". Et, la nuit dernière, lorsque nous étions endormis dans la chambre du fermier, l'ange de la mort est venu chercher sa femme. Je lui ai donné la vache à la place. Les choses ne sont pas toujours ce qu'elles paraissent".
    Quelquefois, c'est exactement ce qui arrive lorsque les choses ne tournent pas de la façon dont elles devraient. Si tu as la foi, tu n’as qu'à croire que chaque mauvaise tournure des choses est à ton avantage. Il se peut que tu ne le saches pas avant et que, plus tard.... Une personne arrive dans ta vie et vite s'en va. Une personne devient un ami et reste un temps, laissant de belles empreintes sur ton coeur.... et tu n’es plus jamais le même car tu t’es fait un bon ami!!
    Hier, C'est de l'histoire ancienne. Demain est un mystère. Aujourd'hui est un cadeau. Et c'est pourquoi on l'appelle le présent! Je crois que c'est spécial...vivre et savourer chaque moment ....Ce n'est pas une pratique!
    Et à vous, votre ange vous dit
    - quelqu'un est vraiment fier de toi
    - quelqu'un pense à toi
    - quelqu'un s'inquiète de toi
    - tu manques à quelqu'un
    - quelqu'un veut te parler
    - quelqu'un veut être avec toi
    - quelqu'un souhaite que tu ne sois pas dans le trouble
    - quelqu'un est content du soutien que tu lui apportes
    - quelqu'un veut te tenir la main
    - quelqu'un espère que tout va bien aller
    - quelqu'un veut que tu sois heureux
    - quelqu'un veut que tu le/la trouves
    - quelqu'un veut célébrer ton succès
    - quelqu'un veut te donner un cadeau
    - quelqu'un pense que TU es un cadeau
    - quelqu'un t'aime
    - quelqu'un admire ta force
    - quelqu'un pense à toi et sourit
    - quelqu'un veut être l'épaule sur laquelle tu vas pleurer.


    1 commentaire
  • C'est vendredi soir et tu conduis ton auto.
    - Quel genre d'auto conduis-tu?
    C'est toi qui conduis!!! Tu peux seulement avoir 4 autres personnes avec toi.
    - Qui est dans l'auto avec toi?
    En conduisant, toi et tes amis(es) écoutez de la musique.
    - Quelle chanson écoutez-vous?
    Donc, tu écoutes de la musique avec quatre autres personnes.
    Tout à coup un autre conducteur frappe le derrière de ton auto!
    Tu glisses maintenant sur l'autoroute et tu ne contrôles plus ton auto.
    Tu frappes l'herbe à coté de l'autoroute.
    Tu restes là et tu pleures parce que ça fait tellement mal.
    Tu n'entends que le silence, silence, silence, silence.
    Tu essaies de crier à tes amis-es, mais tu as mal et tu es sous le choc, les mots ne veulent pas sortir.
    Tu restes là pour environ 2 minutes, mais cela te semble être 60 minutes.
    Finalement tu entends quelque chose.
    Tu entends l'ambulance et tu ne t'es jamais senti aussi soulagé.
    Tu restes là, encore dans l'auto, et tu penses à ta famille, tes amis-es, l'école, ton boulot, les évènements passés, tes anciens amis-es, tes anciens-nes) amoureux-ses.
    Et tu commences à prier pour les autres personnes qui étaient dans l'auto et pour toi-même.
    Les ambulanciers te sortent de l'auto, te mettent sur une civière, et te mettent dans l'ambulance.
    Tu ne vois rien et n'entends rien à part un grand vide.
    Tu es seul-e. Tu n'as pas la chance de voir les autres personnes qui étaient dans l'auto avec toi.
    En allant à l'hôpital, tu pries et tu te dis à toi-même:
    "Est- ce que je vais mourir? Où sont mes amis-es? Sont-ils en vie? Qu'est ce qui va m'arriver ? ? Est-ce que je suis mort ou non? Qu'est ce qui est arrivé aux autres personnes"
    Qui étaient dans l'auto avec toi ? ?
    Ils sont tous morts-es. Toutes les personnes qui étaient dans l'auto sont mortes. Ils sont tous partis. Tu ne les reverras plus jamais.
    Et toi... tu es mort-e toi aussi.
    Attends tu l'imaginais seulement....non ?
    Mais si jamais c'était vrai? Si cela t'arrivait vraiment? Pense-s'y bien....
    Cette auto était la DERNIERE auto dans laquelle tu étais avec tes amis-es.
    Ces 4 personnes étaient les DERNIERES personnes que tu as vues...
    As-tu bien choisi les personnes qui étaient avec toi dans l'auto... ou tu aurais aimé que ce soient d'autres personnes dans l'auto avec toi?
    La chanson que tu écoutais a été la DERNIERE chanson que tu as entendue.
    N'aurais tu pas aimé pouvoir dire à tout le monde comme tu les aimais?
    N'aurais tu pas aimé pouvoir dire à tes parents comme tu les aimais une dernière fois?
    N'aurais tu pas aimé pouvoir embrasser ton copain-ine une dernière fois?
    N'aurais tu pas aimé pouvoir dire à ton amoureux-se à quel point tu l'aimes?
    N'aurais tu pas aimé pouvoir serrer tes amis dans tes bras une dernière fois?
    N'aurais tu pas aimé pouvoir faire toutes ces choses?
    Tu aurais voulu. Ceci ne t'est pas vraiment arrivé.
    Mais, prie pour toutes les personnes à qui cela arrive vraiment.
    Et rappelle-toi ceci:
    "Vie chaque jour au maximum......"
    Et quand quelqu'un te dit qu'il t'aime, sais seulement ce que ça veut dire.
    Et pense-le quand tu le dis, toi aussi.


    votre commentaire
  •  

    Les gestes qui sauvent 

    J'ai créé (recopié est plus juste) un manuel qui m'a été envoyé du Canada.

    Je le trouve bien utile alors, profitez-en.

    Bien à vous!


    4 commentaires
  • Qu'est-ce qu'elle est bonne cette Marie-Pier Charron, vous la connaissez ?

    Les matins magiques, c'est vraiment une pincée de magie pour la journée, alors abonnez-vous!

    Voici le message de ce matin qui vaut le détour :

    «La plus grande récompense de nos efforts n’est pas ce qu’ils nous rapportent, mais ce qu’ils nous permettent de devenir.»
    – John Ruskin
    Et si vous faisiez chaque jour une liste de choses à être, en plus de votre liste de choses à faire?
    Voici ce que je vous propose…
    Pour commencer, identifiez pourquoi vous voulez ce que vous voulez; prenez conscience de ce que vous désirez profondément vivre et ressentir par la concrétisation de vos projets. Un sentiment de prospérité, peut-être? Une délicieuse liberté? De l’amour? Une joie profonde? Un sentiment de sécurité?
    Ensuite, transposez votre avenir dans le présent et créez un «vacuum créatif» puissant en cultivant ces états maintenant. Allez droit au but! Sentez-vous libre, sentez-vous prospère, sentez-vous aimé, sentez-vous en sécurité, sentez-vous grand… Aujourd’hui, pas demain ou dans un an.
    Pourquoi remettre à plus tard le bien-être auquel nous aspirons lorsque nous pouvons le cultiver nous-même, à volonté, dès que nous le décidons? Pas besoin d’attendre un changement extérieur ou un événement déclencheur pour changer nos pensées. En fait, c’est justement en précédant la vie d’un pas ou deux que nous en devenons maître et que nous pouvons la «sculpter».
    Plus besoin d’attendre ou de chercher. Prenons les devants, vibrons *maintenant* comme nous le ferons lorsque nous aurons goûté aux belles visions qui nous font rêver. C’est ça, le levier!
    Bon week-end! J’ai déjà hâte de vous retrouver… ;-)


    2 commentaires
  • Le Chartier embourbé

    Le Phaéton d'une voiture à foin
    Vit son char embourbé. Le pauvre homme était loin
    De tout humain secours. C'était à la campagne
    Près d'un certain canton de la basse Bretagne
    Appelé Quimpercorentin.
    On sait assez que le destin
    Adresse là les gens quand il veut qu'on enrage.
    Dieu nous préserve du voyage !
    Pour venir au Chartier embourbé dans ces lieux,
    Le voilà qui déteste et jure de son mieux.
    Pestant en sa fureur extrême
    Tantôt contre les trous, puis contre ses chevaux,
    Contre son char, contre lui-même.
    Il invoque à la fin le Dieu dont les travaux
    Sont si célèbres dans le monde :
    Hercule, lui dit-il, aide-moi ; si ton dos
    A porté la machine ronde,
    Ton bras peut me tirer d'ici.
    Sa prière étant faite, il entend dans la nue
    Une voix qui lui parle ainsi :
    Hercule veut qu'on se remue,
    Puis il aide les gens. Regarde d'où provient
    L'achoppement qui te retient.
    Ote d'autour de chaque roue
    Ce malheureux mortier, cette maudite boue
    Qui jusqu'à l'essieu les enduit.
    Prends ton pic et me romps ce caillou qui te nuit.
    Comble-moi cette ornière. As-tu fait ? - Oui, dit l'homme.
    - Or bien je vas t'aider, dit la voix : prends ton fouet.
    - Je l'ai pris. Qu'est ceci ? mon char marche à souhait.
    Hercule en soit loué. Lors la voix : Tu vois comme
    Tes chevaux aisément se sont tirés de là.
    Aide-toi, le Ciel t'aidera.
    Jean de la Fontaine

    votre commentaire